Amon Sethis: Part 0 – Nitocris The Queen with Golden Hair

Il y a un peu plus de deux ans, je découvrais Amon Sethis et son power-prog-metal très inspiré par l’Égypte antique, d’abord lors de leur prestation au Very Prog Festival, puis par leur album The Final Struggle, À la fin de l’année passée, ils reviennent en force, avec leur nouvel album, Nitocris The Queen with Golden Hair.

Amon Sethis est une formation française formée en 2007, qui a pour ambition de nous raconter des légendes de la VIIe dynastie égyptienne. Musicalement, elle joue dans un registre entre power-metal et metal symphonique, avec des accents prog-metal et des inspirations moyen-orientales.

Nitocris The Queen with Golden Hair est une préquelle (d’où le « Part 0 ») des deux précédents albums, centré sur la mère des protagonistes. L’album aligne pas moins de quatorze pistes et dure près dune heure et quart. Les compositions font en général entre quatre et cinq minutes, mais il y a des exceptions – notamment un epic final de dix minutes.

Première remarque à l’écoute de cet album: Amon Sethis a pris du niveau. Plein. Déjà, il a abandonné un certain nombre des fausses bonnes idées qui gâchaient un peu leur précédent opus. Les digressions narratives sont réduites au minimum et l’ensemble reste intense. Ensuite, il me paraît nettement plus maîtrisé.

Certes, l’ensemble, avec son côté symphonique à grand spectacle, tient plus de la grande aventure hollywoodienne que de l’histoire pure et dure, Mais c’est du power-metal, aussi, pas du Champollion dans le texte.

Vous m’avez souvent entendu râler, surtout ces derniers temps, sur les albums trop longs. Techniquement, Nitocris The Queen With Golden Hair pourrait aussi rentrer dans cette catégorie, mais il s’avère remarquablement solide.

Sur cet album, Amon Sethis capitalise sur ses atouts, notamment des musiciens et des compositions solides, le tout rehaussé par une production généreuse. Résultat: l’album est long, mais il tient la route, avec des véritables tubes tels que « My sister, my love, my pharaoh », « The rise of Aoutef’s army », « Desert storm », « By the torture » ou « Eternal love ».

Avec ce Nitocris The Queen With Golden Hair, Amon Sethis s’est donné les moyens d’aller tutoyer les grands noms du genre. C’est un excellent album, que vous pouvez trouver sur Bandcamp.

Bonus: la vidéo de « Desert storm »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :