Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Delain: Apocalypse & Chill

Delain: Apocalypse & Chill

C’est un fait: Nightwish est un groupe qui a eu une influence majeure dans le metal de ces quinze à vingt dernières années. Delain, groupe néerlandais, est une des formations qui s’en inspirent et ce n’est pas vraiment leur nouvel album, Apocalypse & Chill, qui va prouver le contraire.

Au reste, Delain a été fondé en 2002 et ça va donc bientôt faire vingt ans que le groupe tourne avec son metal symphonique inspiré par les musiques de film. L’auditeur attentif pourra noter quelques références à Danny Elfman, notamment. Mais également des éléments plus pop et électro.

Comme pour le précédent album, Moonbathers, Apocalypse & Chill fait le choix de se concentrer sur des compositions courtes: aucun des treize morceaux de l’album ne dépasse les six minutes et l’album fait moins d’une heure au total.

D’un tel format, on retiendra surtout de Delain une impression d’efficacité. Certes, on perd pas mal le côté symphonique de… ben, du metal symphonique, justement, mais en échange, on obtient quelques brûlots redoutables d’efficacité: « Burning Bridges », « Masters of Destiny », « Chemical Redemption » et ses accents synthwave.

Je mentionnerais aussi l’excellent instrumental « Combustion », qui clôt l’album de façon impressionnante, ainsi que « Vengeance » où Yannis Papadopoulos, de Beast in Black, vient chanter en duo avec Charlotte Wessels. Ça n’empêche pas quelques bizarreries – heureusement rares – comme un « The Greatest Escape » aux faux airs de Mylène Farmer.

Après, il faut être honnête: il y a tout de même beaucoup de ces compositions qui lorgnent méchamment vers le nightwishcore (dixit Angry Metal Guy). C’est surtout le cas du diptyque « Masters of Destiny » / « Legions of the Lost » (même les titres).

Ce qui, au moment où les Finlandais ont sorti un nouvel album, n’est pas très prudent: fatalement, les gens vont comparer. Bon, le nouveau Nightwish, je ne l’ai pas encore, donc au moins Delain va échapper à ça. Et, à vrai dire, je m’en fous un peu.

Apocalypse and Chill n’est certes pas sans défaut, le moindre n’étant pas le côté « groupe de metal symphonique à voix féminine #57854323 », mais il faut quand même avouer que, dans le genre, c’est un peu le haut du panier, avec des groupes comme Epica ou Within Temptation (Nightwish est hors concours).

Les amateurs de metal symphonique devraient y trouver leur compte, sans toutefois sortir des sentiers battus (et rebattus).

Bonus: la vidéo du turbonightwishien « Masters of Destiny »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Delain: Apocalypse & Chill”

%d blogueurs aiment cette page :