Magma Waves: … and who will take care of you now

Magma Waves: … and who will take care of you now

Avec l’âge, je me méfie un peu des nouveaux albums de post-rock. Non qu’ils aient tendance à être mauvais, mais ils ont surtout tendance à se ressembler. Témoin … and who will take vare of you now de Magma Waves, pourtant recommandé par Angry Metal Guy.

Formation allemande avec quelques années d’existence, Magma Waves propose un post-rock instrumental dans la lignée de groupes comme God Is an Astronaut ou 65daysofstatic, mais sans les bidouillages électro des seconds et, malheureusement, sans le génie des compositions du premier.

Cet album, … and who will take care of you now, se compose de sept titres. Sauf que le plus court fait un peu plus de sept minutes et le groupe dépasse par deux fois la barre des dix minutes, pour une durée totale d’un poil plus d’une heure.

Alors, soyons clair: quand je dis qu’il manque à Magma Waves le génie de God Is an Astronaut, ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas bons, mais plutôt que les Irlandais sont des génies qui parviennent à transcender les limites du post-rock. On pourrait dire qu’eux se contentent d’être un très bon groupe de post-rock.

On trouve sur …and who will take care of you now d’excellents passages un peu partout, mais surtout sur des compositions comme “Fall of Columbia” (titre qui m’invoque des images de Bioshock Infinite). Les montées en puissance fonctionnent bien, les ambiances sont à la fois plombées et élégantes.

Le souci avec le post-rock instrumental, c’est qu’on tourne vite en rond, raison pour laquelle j’évite personnellement de trop en écouter. Dans le cas présent, Magma Waves peine à se distinguer de la grande masse des formations du même genre. C’est bien construit, c’est exécuté avec talent, mais il n’y a rien là qu’on n’ait pas déjà entendu et ré-entendu.

Avec … and who will take care of you now, Magma Waves signe un album de bonne tenue, qui ravira les amateurs du genre, pour peu qu’ils ne cherchent pas l’originalité à tout crin. Personnellement, je le trouve agréable à écouter, mais un peu frustrant précisément à cause de ce manque d’originalité. Il est disponible sur Bandcamp, sous licence Creative Commons (CC-BY-NC-ND).


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :