OctoGônes 2017

OctoGônes 2017: le réveil du squeele

Trois jours, six parties de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures, trois créations de personnage – dont une avec Florent Maudoux qui illustre un des personnages – plein de bouquins vendus, beaucoup de bières, beaucoup de crêpes et beaucoup de gens: tel est mon bilan de l’édition 2017 d’OctoGônes.

OctoGônes, c’est la grande convention de jeux lyonnaise. En huit éditions, elle s’est imposée comme un des grands rendez-vous ludiques de la francophonie et, surtout, des rôlistes. Elle bénéficie d’un emplacement raisonnablement central, d’une armée de bénévoles très efficaces et d’une date, début octobre, plutôt idéale, loin des grandes vacances et des rentrées scolaires.

Cela dit, en fait de rentrée scolaire, c’est celle de la FEAH que les collègues de 2d sans faces et moi-même sont venus fêter, avec la grande sortie officielle de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures.

Ok, techniquement le jeu est déjà dans les bacs depuis une semaine, mais dans mon idée, OctoGônes étant d’une part la première grande convention où nous pouvions le présenter et, d’autre part, la ville de l’auteur de la BD (et, accessoirement, celle dans laquelle se déroule l’histoire, à quelques battements d’ailes de papillon près), c’était un peu le vernissage.

En plus, pour une fois, on ne venait pas en touristes, mais bien avec une nouveauté à présenter. Même si Freaks’ Squeele n’est pas un jeu de 2d sans faces, à proprement parler – c’est un jeu Ankama – c’est quand même nous qui l’avons écrit. On en avait donc une bonne pile sur le stand, ainsi que de son supplément écran + livret du 2e semestre et on a à peu près tout vendu.

Pour ma part, j’ai enchaîné les parties: deux par jour, toujours sur le tutoriel – que je commence à connaître par cœur – plus trois séances plus courtes avec la seule création de personnage. Et je ne parle pas des explications sur le Moteur Deux-Temps et la Balance, éléments centraux du système de résolution.

De façon générale, les joueurs ont bien accroché au système, même s’il faut parfois un temps d’adaptation pour se faire au principe d’une résolution par équipe, où tout le monde est censé tirer dans le même sens, et qu’il est parfois difficile de créer des pouvoirs qui ne soient ni too much, ni trop ridicules. C’est clair que ce n’est pas un système qui conviendra à tout le monde, mais, de l’avis général, il colle bien avec l’univers de la BD.

J’ai également “mené” des créations de personnage avec trois ou quatre joueurs, dont une avec la participation de Florent Maudoux, qui a dessiné en presque-live l’un des personnages. Sans compter les explications sur le système autour de la Balance.

À côté de tous ces événements sur le stand, on a quand même pris le temps d’aller fêter la sortie du jeu avec tous les acteurs qui nous ont aidé à sa conception dans un resto lyonnais fort sympathique (même s’ils n’avaient plus la très tentante bière locale triple fermentation).

Quelque part, le seul regret, c’est de ne pas avoir eu plus de temps pour discuter plus longtemps avec la horde de gens cools qui étaient présents sur la conv’. J’ai juste eu le temps de serrer des pognes, claquer des bises, acheter deux-trois bricoles et récupérer (de peu) des pré-commandes.

C’était presque trop pour un seul week-end. D’ailleurs, sans trop de surprise, je l’ai fini passablement fatigué; le fait que j’ai encore de la voix est une forme de miracle. Le fait que j’arrive à rédiger cette note pour le lendemain aussi, d’ailleurs. J’ai même une galerie de photos sur Flickr, sous licence Creative Commons, c’est dire!

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “OctoGônes 2017: le réveil du squeele”

%d blogueurs aiment cette page :