Almøst Human à Yverdon

Promethee et Almøst Human à Yverdon

Premier concert de la saison et on commence dans le subtil et délicat, avec la release-party de XS2XTC, le nouvel album de Almøst Human, en leur fief de l’Amalgame d’Yverdon, avec Promethee en spécial guest. Vous me direz: question concert subtil de début d’année, d’habitude, c’était les Erkonauts

Almøst Human est un groupe que je suis depuis un petit moment. C’est une des rares formations suisses qui peut être qualifiée de metal progressif – même si, objectivement, ils sont quand même plus proches du style metalcore – et, du coup, j’attendais avec un intérêt certain ce nouvel album.

Cap donc sur l’Amalgame d’Yverdon, salle bien connue de Suisse romande – sauf par moi. C’est la première fois que j’y vais. Heureusement qu’Yverdon, ce n’est pas très grand. C’est donc au fin fond d’une cour, dans une zone artisanale, que je découvre les lieux.

Qui dit vernissage, dit apéro. Oui, j’étais invité et pas vous, na! J’y rencontre Olivier Pedrizat, l’un des deux guitaristes de Almøst Human (c’est lui qui m’avait invité) et j’en profite pour réseauter avec les musiciens et les autres photographes.

Almøst Human à Yverdon

Le temps de préparer la salle et Almøst Human monte sur scène. C’est toujours bizarre de voir deux guitaristes et zéro bassiste sur scène. Ce n’est pas la première fois (précédemment avec Chaoseum) et, somme toute, ce n’est pas très gênant. De toute manière, Ben Plüss avec ses tatouages en folie attrape le micro et c’est parti!

On a droit à un set d’environ une heure, avec deux anciens morceaux de l’EP Ø, mais, bien évidemment, le plus gros du concert est consacrée au nouvel album XS2XTC. Pour avoir un peu écouté ce nouvel album, c’est différent en concert, plus brut; on perd quelques éléments mélodiques présents sur le CD.

Almøst Human à Yverdon

Almøst Human joue un metalcore très technique, très proche du metal progressif, avec des constructions complexes qui se calquent sur une belle débauche d’énergie, notamment du chanteur, qui hurle comme un damné.

Comme c’est le vernissage de leur album, les musiciens ont une bonne partie de leur famille dans la salle, ce qui donne quelques moments rigolos, quand le chanteur vient hurler devant un groupe de jeunes enfants… qui s’avèrent être les siens.

Almøst Human à Yverdon

Le public est d’ailleurs présent en masse (on ne doit pas être loin de la capacité maximale de 400 places), avec un noyau dur qui pogote au premier rang – mais pas trop, pour pas faire peur aux petits…

Ça donne une bonne ambiance, d’autant que le son est plutôt bon (j’ai eu parfois du mal à entendre le chanteur, mais c’était peut-être parce que j’étais trop près, paradoxalement). En tant que photographe, j’étais moins fan de l’éclairage par l’arrière, un peu chiche et très changeant.

Promethee à Yverdon

Après vingt minutes de pause, les Genevois de Promethee, prennent d’assaut la scène. Ce n’est pas qu’une image. Déjà qu’Almøst Human n’était pas calme, Promethee, c’est pire. Les musiciens, comme habités, se tordent et virevoltent sur scène et l’éclairage passe en mode « mort aux épileptiques ».

J’avais déjà vu Promethee en première partie d’Eluveitie à Thônex, il y a quelques années. Eux sont clairement dans le style metalcore à fond les ballons – une dose de punk, deux volumes de metal – et ce n’est pas vraiment mon style préféré. Par contre, c’est sûr que ça remue grave la petite cuillère – et tout le buffet normand avec!

Promethee à Yverdon

Je n’en dirais pas beaucoup plus, parce que c’est le moment où j’ai dû aller récupérer mes affaires et courir pour prendre le dernier train. Enfin, le dernier à me ramener à la maison à une heure presque normale, s’entend.

C’est toujours un peu vexant de devoir quitter la salle avant la fin d’un concert. Après, n’étant pas un grand fan de Promethee, c’est moins vexant. Cela dit, c’était vraiment un concert très cool avec deux groupes qui balancent les watts.

Je vous parlerai prochainement de l’album de Almøst Human, en attendant vous pouvez retrouver les photos du concert sur Flickr.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :