Blog à part le retour du remake du reboot reloaded (épisode IV)
T: Solipsystemology

T: Solipsystemology

Tous les deux ans, le musicien allemand Thomas Thielen nous gratifie d’un nouvel album de néo-prog sous le nom de son projet T. Le dernier en date, poursuivant sur le thème des mots-valises improbables, est Solipsystemology.

Dans ma chronique du précédent, Epistrophobia, j’évoquais la théorie que T était le groupe que Marillion aurait pu être si, après Holidays in Eden, il était resté dans la veine du rock progressif tendance néo-prog. On y trouve en effet une musique complexe et une voix qui est proche de celle de Steve Hogarth.

Histoire d’enfoncer le clou sur le côté prog, Solipsystemology est un album de près d’une heure et quart, avec sept pistes. Personne ne sera étonné d’apprendre que la plus courte dépasse les six minutes, avec pas moins de trois epics de plus de dix minutes (plus un qui s’en approche).

En général, j’aime beaucoup ce que fait T. Sans révolutionner le genre, il fait partie de ces « joyaux cachés » du prog contemporain, avec un goût certain pour les compositions longues, complexes, mélancoliques mais avec quand même pas mal de patate.

Je dis « en général », parce que j’ai quelques réserves sur Solipsystemology. Dans son ensemble, c’est un album de T assez classique, mais je trouve qu’il souffre de deux défauts.

Le premier, mineur, c’est que T s’essaye à quelques passages discordants et je ne trouve pas ça très convaincant. Le second, un peu plus gênant, c’est la voix de Thomas Thielen.

Ce n’est pas faire injure à l’un ou à l’autre que de dire que Thomas Thielen n’est pas Steve Hogarth. Certaines acrobaties vocales auraient sans doute été à la portée du second, mais pas du premier. En conséquence, il y a quelques couacs – rares, mais très gênants.

Plus globalement, je trouve aussi que cet album souffre du syndrome du chanteur omniprésent. Ça chante beaucoup, comme dans « trop »; les parties vocales tendent à étouffer les compostions. C’est dommage, parce que ça me gâche un peu l’écoute. Non, ne cherchez pas: il n’y a pas de contrepèterie.

D’autant que Solipsystemology compte pas mal d’aspects très bien foutus. Il y a un équilibre entre des parties introspectives, parfois minimalistes et mélancoliques, et des soudaines explosions d’énergie prog, plus quelques très belles montées en puissance. En plus, les morceaux s’enchaînent souvent sans transition, donnant l’impression d’une œuvre homogène.

Je citerais par exemple « The Haunted Ghost », « Lifeoscopy » (sans doute le plus accessible, avec ses six minutes) ou « When We Were Us ».

Si les quelques maladresses de Solipsystemology me déçoivent, il reste que T signe ici un nouvel album impressionnant dans sa discographie. Si vous êtes un amateur de néo-prog, n’hésitez pas à découvrir ce projet méconnu.

Bonus: le trailer de l’album

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “T: Solipsystemology”

%d blogueurs aiment cette page :