WandaVision

Elle, c’est Wanda, la sorcière; lui, c’est Vision, le synthézoïde. Ils s’aiment et vivent dans une belle maison dans la petite ville de Westview, New Jersey. C’est le résumé de WandaVision, un sitcom des années cinquante. Ou soixante. Ou septante. Ou peut-être quelque chose d’autre, en fait.

Wandavision, c’est une série de l’univers cinématique Marvel (MCU pour les intimes). Elle est donc centrée sur Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen), que les fans de comics connaissent sous le nom de « Sorcière rouge » – même si ce nom n’est, à ma connaissance, jamais mentionné auparavant dans le MCU.

Elle commence comme un sitcom des années 1950, avec rires du public, qui montre la vie de ce couple pas comme les autres, mais qui n’aspire qu’à une vie normale. Le deuxième épisode est inspiré des sitcoms des années 1960, avec un générique inspiré de Ma sorcière bien-aimée, et ainsi de suite.

Sauf qu’assez rapidement, la « réalité » de ces épisodes commence à se craqueler et que des éléments parasites apparaissent. Bien évidemment, le spectateur qui connaît un peu le MCU sait qu’il y a un gros truc qui cloche – gros comme le fait que Vision (Paul Bettany) est censé être très, très mort.

Parce que sous ses dehors un peu débiles, WandaVision est une série dont le thème principal est la perte et le deuil. Et autant les premiers épisodes ont un côté « gros bonbon rose » (mais en noir et blanc), autant la fin pique un peu.

D’ailleurs, la série arrive très bien à donner au spectateur cette impression de bizarre dans le normal. C’est clair que, dès le départ, ce parti-pris de situer deux personnages « contemporains » dans des sitcoms vieux de plus d’un demi-siècle a de quoi étonner, mais on entre facilement dans le jeu et, du coup, quand les choses commencent à partir en vrille, l’effet de surprise joue.

Toute la partie « contemporaine » de l’intrigue est aussi très intéressante, avec Monica Rambeau (la fille de) qui est le contrepoint de Wanda et devient un peu son miroir. WandaVision est, quelque part, la première « brique » du MCU post-Endgame, et ça se voit. Il y a pas mal d’éléments que l’on va sans doute revoir plus tard.

Et puis il y a cet aspect aussi typique des histoires Marvel: les super-héros qui essayent de vivre des vies normales, ou qui aspirent à les vivre, mais qui ne pourront jamais complètement y arriver. Enfin, il y a un côté auto-références de pop-culture, somme toute très geeks.

Si j’ai beaucoup aimé cette mini-série (de neuf épisodes au total), tout n’est pas parfait dans WandaVision. La révélation du septième épisode, bien qu’amusante, m’a apparu quelque peu artificielle.

Je vous rappelle que je n’ai jamais lu un seul des comics qui forment l’inspiration du MCU – à part un tome de Ultimate Avengers, qui m’a convaincu de ne jamais renouveler l’expérience, et quelques Deadpool que j’ai trouvé assez anecdotiques. Il y a peut-être des choses qui m’échappent, mais à mon avis ça ne devrait même pas entrer dans l’équation.

J’ai eu aussi l’impression que pas mal des éléments narratifs étaient surtout là pour amener une grosse baston finale. Soyons clair: je suis plutôt pour les grosses bastons finales, mais j’ai eu l’impression qu’ici ce n’était pas tant nécessaire et, du coup, ces éléments m’ont paru quelque peu artificiels.

Reste que WandaVision est une série éminemment recommandable, avec un équilibre plutôt bien géré d’humour, d’émotion et d’action. Cette quatrième phase du MCU semble donc partir sur d’excellents auspices.

Bonus: la bande-annonce

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

6 réflexions au sujet de “WandaVision”

  1. Oui elle est pas mal cette série, originale pour le moins, mais vers la fin, bof. On continue avec Falcon et le Soldat de L’Hiver, là clairement c’est du grand classique.

    Répondre
  2. une bonne série mais qui je n’arrive pas à percevoir sur la longueur. Les personnages sont secondaires dans l’univers mais pas dénué d’intérêt . l’emballage rétro su debut fait beaucoup dans son charme.

    Répondre
    • Je ne sais pas trop ce que tu entends par “sur la longueur”, mais il semble évident qu’elle se suffit à elle-même et qu’il n’y aura probablement pas de deuxième saison.

      Répondre
        • Comme je le disais ailleurs, j’ai plutôt tendance à faire confiance aux showrunners du MCU. WandaVision va sans doute avoir des répercussions sur d’autres films ou séries (j’ai entendu des rumeurs dans ce sens pour le prochain Doctor Strange), mais je doute que ça donne lieu à une deuxième saison.

          Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :