Ash vs Evil Dead, saison 3

Ash vs Evil Dead, saison 3

Revenu en héros dans sa ville natale de Elk Grove, Ash Williams peut espérer reprendre une vie pépère et rouvrir la quincaillerie familiale. Mais les démons ne vont pas le laisser tranquille, au propre comme au figuré. Sans parler de sa femme et de sa fille. Wait, what?… Et c’est ainsi que commence la troisième et dernière (en théorie) saison de Ash vs Evil Dead.

Enfin, quand je dis « au propre », c’est très exagéré: comme dans ses deux premières saisons, la série prend un malin plaisir à balancer une quantité invraisemblable de fluides corporels au visage de ses protagonistes – et des spectateurs. Quand on a de la chance, c’est juste du sang. Mieux vaut avoir l’estomac bien accroché, même si l’humour débile et hyperbolique contrebalance la plupart des scènes gore.

On retrouve donc Ash, interprété par un Bruce Campbell en pleine forme, et ses deux formdiables acolytes, Kelly (Dana DeLorenzo) et Pablo (Ray Santiago). Mais on découvre surtout qu’Ash a eu une descendance, Brandy (Arielle Carver-O’Neill) et que cette dernière est au centre de toutes les attentions des agents du mal, au premier rang desquels Ruby (Lucy Lawless, également à fond dans son rôle de démone). On notera aussi l’apparition (ha! ha!) de Lee Majors dans le rôle du père de Ash.

Bébé tueur, fête des promotions sanglante, fantômes, ordre mystique secret et cérémonies démoniaques entrent bientôt dans la danse. On retourne sur les lieux des premiers opus, les Portes de l’Enfer s’ouvrent, tout le monde meurt au moins une fois et cette troisième saison file comme une Delta turbochargée sur la route du Destin. Ash va-t-il vaincre le Mal? Spoiler: oui, mais ce n’est pas forcément le point le plus important.

L’épilogue, très eighties, pourrait ouvrir la porte vers une quatrième saison, mais ce n’est sans doute pas le cas et c’est très bien ainsi. En l’état, Ash vs Evil Dead tient très bien la route (ah! ah!).

Totalement fidèle à l’esprit d’horreur gore grand-guignolesque des films originels, Ash vs Evil Dead est à la fois très drôle et très sale, jouant à fond sur le trio des héros malgré eux et, surtout, sur Ash, bouseux magnifique, tronçonneuse à la place d’une main et boomstick dans l’autre.

Hail to the king, baby!


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Cousin Nalesk dit :

    Salut !
    J’avais eu du mal avec la saison 2, j’espère que celle-ci me plaira plus…

    Parce que je ne vais pas passer à côté, ah ça non… Surtout après ta chronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :