Freaks’ Squeele en avril

Vous l’aurez peut-être noté, j’ai une grosse actualité autour de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures, ces derniers jours. En un mois, il y a eu la sortie d’un supplément, une conférence, une interview, une partie en ligne et une vidéorègle.

Freaks’ Squeele en avril, tranquille. Ça rime.

J’étais parti pour faire plusieurs billets, mais tant qu’à faire, autant tout mettre en un seul. Prévoyez du grignottage, ça risque d’être un peu long.

Les Cahiers de Chance

Le supplément, c’est le premier Cahier de Chance. Quelque part, on pourrait dire que 2D Sans Faces reprend ses habitudes de petits suppléments. Il y a une raison à ça: c’est quelque chose qui peut se faire vite. Enfin, relativement vite.

Ce cahier contient quelques aides de jeux, comme des portraits de PNJ, et un gros scénario (joué initialement à Ludinord). Il est dispo depuis le début du mois dans les crèmeries habituelles.

La Conférence

La conférence, je vous en ai déjà parlé: c’était à Orc’idée. Enfin, JDR’idée. Bref.

Je ne vais pas revenir plus là-dessus. C’est juste histoire d’être complet.

Les Rencontres de l’Imaginaire

Vendredi passé, grande première: votre tonton Alias préféré (au cas où il en existerait plusieurs) a joué à un jeu de rôle en « virtuel ». Sans trop de surprise, c’était du Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures et c’était lors des Rencontres de l’Imaginaire, organisées par l’association Aux portes de l’imaginaire.

Ça va peut-être vous surprendre que j’ai attendu un an pour me mettre au jeu de rôle à distance. Le fait est que je ne joue quasiment plus qu’en conventions et sur des jeux que j’ai écrits. Du coup, « jouer par vidéoconférence », ça impliquait d’être MJ sur Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures.

J’ai essayé de trouver des parties en ligne, notamment lors des quelques conventions auxquelles j’ai participé – genre, la CyberConv – mais je n’ai jamais trouvé de jeu qui m’intéresse assez pour sauter le pas.

Du coup, je balisais quelque peu à l’idée de me lancer dans une partie où je serais le MJ, surtout sur un jeu comme Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures. Quelque part, j’avais raison.

Les Rencontres de l’imaginaire se déroulent en effet sur une plateforme assez peu connue, Stories. À la base, c’est un espace pour organiser des réunions professionnelles, appelé Sofa, mais qui a été adapté pour faire aussi du jeu de rôle (les développeurs étant aussi des rôlistes).

Rencontres de l'Imaginaire: table d'accueil de Stories

L’interface est skeuomorphique, à savoir qu’elle essaye d’émuler visuellement quelque chose d’existant. Elle représente donc une table, avec des chaises. C’est un choix; je ne suis pas certain que ce soit le plus pertinent dans ce cas.

Disons que ça nous a posé quelques soucis d’organisation: certaines chaises étaient réservées aux joueurs et d’autres non, mais ce n’était pas évident de prime abord. Certains spectateurs s’étaient donc installés sur les places de joueurs sans le savoir.

Il y a eu aussi quelques bugs avec les outils de texte, mais le plus gros souci était un peu de ma faute. Il faut savoir que, le plus souvent, je fais jouer le scénario tutoriel de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures. Parce qu’il est tutoriel, justement.

Rencontres de l'Imaginaire: la table de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures

Sauf que, dans le cas présent, toute la partie « création du personnage » s’est avérée beaucoup plus complexe que dans une partie avec des éléments physiques. J’aurais dû prévoir des prétirés.

L’autre souci est plus personnel: l’interface fait apparaître les joueurs dans une barre latérale – et encore, ceux qui avaient une webcam active. J’ai trouvé ça un peu dérangeant de jouer sans voir – parfois sans entendre – les joueurs.

J’admets qu’il y a aussi une question bêtement technique: en guise de webcam, j’utilisais mon appareil photo numérique, qui a l’avantage d’avoir un très bon autofocus et une qualité d’image tout à fait honorable. Sauf qu’il est désaxé par rapport à mon ordi, ce qui rend la relation visuelle avec les joueurs difficile.

Bon, mis à part ces problème, on a quand même pu jouer un peu. Par contre, au lieu de finir le tutoriel en deux heures et demie, j’ai préféré arrêter la partie au bout de trois heures, alors que les personnages finissaient d’affronter la première adversité (la Team Tamer).

Bon, visiblement mes joueurs se sont quand même bien amusé – assez pour que j’en voie deux popper, quelques minutes plus tard, sur le salon Discord de 2d Sans Faces. Moi aussi, bon an mal an, même si je ne suis pas vraiment satisfait de la partie.

C’est donc un retour d’expérience plutôt contrasté. Il y a des problèmes liés à la plateforme, des problèmes techniques dus au média lui-même. J’ai cependant conscience qu’une bonne partie est surtout liée à mon manque d’expérience sur les jeux de rôle à distance en général et sur cette plateforme précise en particulier.

Bah, on apprend.

L’Interview

En marge de ces Rencontres de l’Imaginaire, Laurent Gärtner nous a proposé une interview, à Antoine et moi, pour parler de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures. Ceux qui nous connaissent ou qui nous ont déjà vu pratiquer l’exercice n’apprendront sans doute pas grand-chose, pour les autres ça vous donnera une idée de comment nous avons travaillé sur la création du jeu.

La vidéorègle

En enfin, tout dernièrement (lundi matin), j’ai publié une vidéo d’explications des règles (comme d’habitude, sur YouTube et sur Peertube). Enfin, des mécaniques de base; y’a pas tout.

Vous savez peut-être que le bouclage de Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures, ne s’est pas déroulé dans des circonstances idéales. Résultat: beaucoup de joueurs ne comprennent pas le Moteur Deux-Temps, qui est le système de résolution – sans parler de ceux qui ne l’ont juste pas lu, mais ça c’est une autre débat.

On avait prévu, avec mon confrère et binôme Antoine, de faire une vidéo de présentation des règles, sans arriver à quelque chose de convaincant. Je ne suis pas certain que cette présente vidéo soit le format parfait pour ça, mais j’espère que ça va permettre de clarifier un peu la question.

Je l’ai filmée avec mon matériel habituel – Canon M50 pour l’image, micro Deity V-Mic D3 Pro, prompteur – et quelques éclairages portables, mais cette fois depuis mon bureau. D’où le décor un poil différent. L’avantage, c’est que je n’ai pas besoin de mettre en place tout le bazar dans le salon TV/BD et le résultat est correct. En plus, ça me permet de distinguer (un peu) mes vidéos sur le jeu de rôle de celles pour Radio-Erdorin.

Pourquoi maintenant? Disons que la sortie du premier Cahier de Chance a donné un coup de boost à notre motivation. Il y a aussi eu un certain nombre de nouveaux venus très enthousiastes sur le serveur Discord sus-mentionné, ce qui a aussi aidé. Et puis si ça plaît et que c’est utile, rien ne nous interdit d’en faire d’autres, sur un format similaire.

Et tout ça, ça fait un gros mois d’avril. Ça fait aussi un bon gros booster à la motivation: il y a des trucs qui sortent, des gens qui sont intéressés. C’est cool. Franchement, on avait un peu besoin de ça, je pense.

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay ou sur uTip. Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

4 réflexions au sujet de “Freaks’ Squeele en avril”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :