Japan Cosplay 2017

Japan Cosplay 2017

J’aurais pensé que Destination Tokyo eut été la dernière convention cosplay de la saison, j’avais tort: il y avait encore Japan Cosplay. À ma décharge, je n’aurais jamais pensé qu’un tel événement puisse se dérouler pendant les Automnales de Genève.

Les Automnales, c’est un peu le descendant historique des grandes Foires de Genève du XIIIe siècle ; d’ailleurs, le salon s’est un temps appelé « Foire de Genève » (et encore avant « Salon des Arts ménagers », un vocable qui fleurait bon les fifties).

Autant dire que c’est un événement grand public, où trouve aussi bien des vendeurs de pinard, de l’électro-ménager en pagaille, des représentants en double vitrage, que des pipeauthérapeutes et leurs cristaux magiques – sans parler de la désormais traditionnelle « liquidation de matériel militaire », qui fourgue des vieilles couvertures et des perches à selfie (de l’armée suisse), entre autres.

La partie « Japan Cosplay » des Automnales occupe un espace relativement petit, comparé aux massives halles de Palexpo – le salon des expositions de Genève – séparé en deux salles: une pour les exposants et une autre pour les activités. Dans les faits, c’est un peu mélangé, mais c’est l’idée générale.

On y retrouve l’habituel mélange de marchands de goodies divers et variés – peluches, costumes, lentilles de contact, répliques d’armes, l’objet à la mode étant la boîte-mystère, dite aussi « on vide les vieux stocks » – et d’artistes dans divers domaines, surtout des illustrateurs et des cosplayeurs.

La deuxième salle présente des activités plus culturelles: jeux japonais, ateliers de calligraphie, associations et la scène, qui présente notamment des musiciens traditionnels et des acrobates. Un des points intéressants de cet événement, c’est l’organisation de « panels » (des conférences) et d’ateliers. Je trouve ça cool, parce que c’est un l’occasion de mettre en lumière des aspects peu ou mal connus d’une activité et de discuter.

Dans le cas présent, j’ai suivi deux panels sur la photo et un autre sur les prestations le samedi. Il y avait pas mal de choses intéressantes, mais dans l’ensemble, ça restait pas mal superficiel. Il est vrai qu’avec des sujets comme « les prestations en cosplay », on peut facilement remplir une journée entière entre conférences et ateliers.

Les panels du dimanche avaient l’air bien plus techniques. Je n’ai assisté qu’à celui sur l’électronique et il était particulièrement velu pour qui n’a pas quelques vagues connaissances préalables sur le sujet. Même moi qui ai fait péter mon lot de condensateurs pendant mes études, j’étais un peu largué.

J’avais un petit peur que ce Japan Cosplay ne soit un événement annexe qui n’attire que les geeks et les habitués, or sa proximité avec les Automnales semble avoir eu l’effet recherché et a attiré pas mal de public que l’on voit rarement dans les conventions cosplay.

Le concours cosplay du dimanche a d’ailleurs attiré une foule nombreuse et plus variée qu’à l’habitude – même ma maman est venue, c’est dire ! Comme elle, pas mal des spectateurs n’avaient sans doute jamais vu de cosplay de leur vie.

La scène n’était pas située dans un endroit très pratique: pas de loges, pas de fond, pas d’éclairage de théâtre, juste un gros mur gros très moche, avec un pilier en alu et une porte hideuse en plein milieu; pas le bonheur pour faire des photos. Une vingtaine de candidats se sont présentés sur des prestations raccourcies (une minute).

Ledit concours avait un sérieux goût de déjà vu, avec pas mal de participants qui avaient déjà présenté des costumes lors de précédents événements, comme Japan Impact ou Destination Tokyo (probablement aussi Polymanga, mais je n’y étais pas cette année pour cause de Trolls & Légendes).

Cela dit, si j’ai quelques réserves, elles ne portent que sur des points de détail. Cette première édition sera, je l’espère, suivie d’autres, car elle permet de sortir le cosplay du « ghetto geek » et si, parfois, la cohabitation est un peu rugueuse, les deux côtés ont à y gagner. Si j’en juge par la foule présente, ce Japan Cosplay est une réussite.

Et, pour cette fois, vous pouvez non seulement voir ma galerie d’images en ligne, mais également une vidéo centrée sur ma cosplayeuse d’épouse réalisée par une journaliste de Keystone.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :