Les Aventures de Rabbi Yeshua

Vous avez peut-être pu constater, au fil de certaines de mes chroniques littéraires, que j’ai un certain intérêt pour le fait religieux, pas forcément en relation avec une quelconque croyance. C’est dans cette catégorie que je classe la nouvelle BD de Fred Boot, Les Aventures de Rabbi Jeshua.

On y découvre un narrateur un peu dandy, que j’imagine assez bien être l’auteur, deux canetons façons “neveux de Donald postmodernes” (le troisième a sa tête empaillée au-dessus de la cheminée), et les Évangiles. Oui, les quatre du canon chrétien, ainsi qu’un peu tout le reste dudit canon, les pièces de rechange, les plans d’usine et une certaine quantité de prototypes abandonnés en cours de route.

Le concept de la BD, en cours de publication sur le site, c’est de décortiquer l’histoire du christianisme et de ses textes sacrés d’un point de vue historique, historiographique et mythologique, plutôt que théologique – il y en a aussi, mais pas beaucoup. L’auteur a pris pas mal de recul sur la question – tellement, à vrai dire, qu’il habite désormais à Hong Kong.

En cela, Les Aventures de Rabbi Yeshua apparaissent comme une version humoristique, mais à peine caricaturale du Jésus décrit par Gérard Mordillat et Jérôme Leprieur dans leur série d’ouvrages. Bon, certes, Marie fait des sudokus et Dieu boit des bières devant la télé, mais fondamentalement, c’est assez proche de ce dont je me souviens.

C’est certainement une façon moins aride d’apprendre quelques faits importants sur les origines du christianisme que trois bouquins très denses et très érudits. C’est un très bon complément à la lecture de God Is Disappointed in You et de Invraisemblances et contradictions dans la Bible – moins littéraire que le premier et moins agressif que le second.

Pour le moment, seuls deux épisodes sont parus, mais j’ai bon espoir que le Fred des familles continue sur sa lancée. Dans tous les cas, rien qu’avec les deux premiers, il y a de quoi se faire une culture biblique – ce qui est toujours pratique pour défoncer certains intégristes qui n’ont visiblement pas tout compris au film – ceux qui insistent notamment sur la représentation d’un Jésus blanc de peau et blond de crin.


Also published on Medium.

Also on:

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gator dit :

    Le bruit court que l’auteur se serait installé à Hong Kong pour échapper à la Manif pour Tous qui aurait un contrat sur lui.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :