Polymanga 2018

Polymanga 2018

Si vous habitez en Suisse romande et que vous n'avez jamais entendu parler de Polymanga, la convention geeko-japonaise annuelle qui prend ses quartiers à Montreux le week-end de Pâques, c'est que vous habitez sous un gravillon au fin fond de la Brévine ou de la campagne genevoise.

Cette édition est la quatorzième, rien que, et comme cette année il n'y a pas la concurrence de Trolls & Légendes, j'ai décidé d'y accompagner ma dame pour ses cosplays. Enfin, ça c'était le plan. Comme quasiment tous les plans, il n'a pas survécu au contact avec la réalité.

Plus précisément, je m'y suis pris un peu tard pour les billets et je n'ai pas pu en avoir pour le samedi. Du coup, je n'y suis allé que le vendredi. Je ne vais pas vous mentir: ça m'arrange un peu. D'une part, parce que j'avais pas mal d'achats à faire le samedi et, d'autre part, parce qu'un seul jour à Polymanga, ça me suffit pour faire le tour des choses qui m'intéressent – assez largement, même.

Comme il y a deux ans, j'ai pu constater que l'événement laissait une place importante aux "youtubeurs", une activité qui – pour être poli – ne m'intéresse que très moyennement. J'ai eu l'occasion d'en voir deux sur scène, Ganesh2 et Benzaie, et j'ai trouvé ça très peu intéressant.

Polymanga, Montreux (Suisse), 30 mars – 2 avril 2018. Concert de shamisen avec le duo Kumi-Ken (Japon), le vendredi 30 mars à l'Auditorium Stravinski. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Par contre, le concert du duo japonais Kuni-Ken, qui jouent du shamisen – instrument traditionnel japonais à trois cordes – comme d'autres de la guitare électrique, était plus dans mes goûts. Comme le concert se déroulait dans un Auditorium Stravinski plein comme un œuf – 1700 places tout de même – il y avait une sacré ambiance.

Le concours cosplay du vendredi était un des rares du festival qui n'impliquait pas de sélection pour des compétitions internationales. Ce qui n'a pas empêché d'avoir quelques monstres – pas du niveau des masters vus à Monaco, mais pas loin quand même.

Polymanga, Montreux (Suisse), 30 mars – 2 avril 2018. Concours cosplay du vendredi 30 mars (individuel et groupe) à l'Auditorium Stravinski. Concurrents du concours groupe. Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Après cela, la météo a été brièvement aimable avec nous pour nous permettre une session photo dans le parc au bord du lac, mais pas assez pour nous autoriser à aller manger en ville. On a donc fini la journée en visitant la masse de stands du rez de chaussée et les quelques animations réparties un peu ailleurs, notamment un impressionnant studio photo.

J'aurais aimé avoir eu un poil plus de temps pour visiter le Village des Artistes et discuter avec plus d'illustrateurs potentiels pour des projets divers, mais ce n'est pas grave.

Autant j'aime bien Japan Impact et ses myriades d'activités geeko-japonaises, autant Polymanga me laisse un peu froid. Ce n'est pas que c'est mauvais, c'est juste que ce n'est pas vraiment aligné avec mes goûts. Il y a des bons trucs, mais rien qui ne justifie pour moi d'y passer plus d'un jour ou deux.

Ma galerie de photos, comme toujours sous licence Creative Commons CC-BY, est disponible sur Flickr.


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :