Des freaks, du squeele, de l’aventure!

Session de travail "Projet Gingerbread"

Ça fait un moment que je vous bassine avec le « Projet Gingerbread », un jeu de rôle sur lequel je bosse depuis maintenant quelques mois avec les collègues de 2 dés sans faces. Depuis vendredi passé, c’est officiel: derrière ce nom de code se cache Freaks’ Squeele, le jeu d’aventures. Autant dire que je suis tout fier!

OctoGônes 2014

S’il est un rendez-vous incontournable de l’agenda rôliste en automne, c’est sans doute OctoGônes, la convention lyonnaise – comme son nom l’indique. Rendez-vous centré autour du jeu – sous de multiples déclinaison, plateau, figurines, rôle et grandeur-nature – mais aussi avec de plus en plus d’acteurs des littératures de l’imaginaire, cette cinquième édition était des plus réussies.

Octogônes 2013

On reconnaît souvent les bonnes conventions au fait qu’on rentre à la maison sur un petit nuage, malgré la fatigue, et qu’il nous faut la semaine pour s’en remettre – ainsi que, pour un exposant, qu’on rentre avec beaucoup moins de stock qu’on est parti. L’édition 2013 d’Octogônes, la convention lyonnaise, en fait partie.

La fine fleur de 2 dés sans faces – plus moi pour rétablir l’équilibre – avait fait le déplacement en force, avec armes, bagages, bouquins et bières. Et, pour dire qu’on n’avait pas vraiment de nouveautés (l’actualité la plus récente étant la campagne lupanar et la mise en ligne de Tigres Volants en Creative Commons), on a presque tout vendu.

Lire plusOctogônes 2013

Le lupanar est (enfin!) sur les routes

C’est un peu le “ça, c’est fait” de l’année: les exemplaires de la “campagne lupanar” destinés aux souscripteurs sont enfin partis – ou vont l’être sous peu. Ce fut loin d’être simple, pour tout un tas de raisons sur lesquelles on (=je) a une part de responsabilités, mais une part seulement.

Le Lupanar est arrivé – mais pas au bon endroit

Ce soir, je décanille droit après le boulot pour Lyon et sa convention Octogônes, convention qui aurait dû marquer la sortie de la campagne Tigres Volants. “Aurait dû”, comme dans “ça n’aura pas lieu”: tous les exemplaires ont bien été imprimés et chargés dans le camion et ils arriveront bien vendredi après-midi, mais pas à Lyon. Tout a été livré dans l’entrepôt de notre distributeur, dans la banlieue parisienne.

Voyons les choses du bon côté: les boutiques seront approvisionnées. Ce qui est plus gênant, c’est que nous nous retrouvons, les potes de 2 dés sans faces et moi-même, privés de ce qui est notre seule actu (depuis deux ans, genre) pour un salon où nous avions fait le déplacement en masse, y compris en rameutant des illustrateurs (Alexandra Mottier et Lohran).

Lire plusLe Lupanar est arrivé – mais pas au bon endroit

Orc’idée 2012

Il n’y a vraiment qu’Orc’idée pour oser faire une convention de jeu de rôle avec « Trop Meugnon ! » comme thème. Et, surtout, pour aller jusqu’au bout dans le mauvais goût kawaii garanti pur diabète : concours de déguisements sur le thème, murder « chasse aux Bisounours », déco pleine de rose et de petits cœurs – avec, comme slogan qui tue : « Si vous n’aimez pas le thème, rejoignez l’organisation ! ».

Je suis d’ailleurs toujours impressionné par l’enthousiasme avec lequel l’équipe du Space Fridge est prête à se lancer dans les délires les plus inavouables, genre se déguiser en Schtroumpfs et organiser les désormais traditionnels concours de gobage de flan.

Lire plusOrc’idée 2012

Projet : Lupanar

Samedi soir, c’était l’assemblée générale de 2 dés sans faces et on en a profité pour parler un peu de la campagne lupanar. « Un peu », comme dans « beaucoup, mais on avait aussi d’autres choses à discuter » (et des bières à boire). Ce qui signifie que, oui, 2 dés sans faces existe toujours, ce qui est peut-être une surprise pour certains d’entre vous.

Bon, en fait d’assemblée générale, on était un peu quatre sur la douzaine de membres invités… C’est un problème, mais un problème auquel on compte tenter de remédier en mettant un peu plus l’accent sur le recrutement de nouveaux membres – ce d’autant plus qu’on a de nouveaux projets pour venir complémenter une gamme qui commence sérieusement à sentir le vieux. Sans trop révéler de choses, jetez un œil sur le programme d’Orc’idée et vous verrez certains noms nouveaux.

Lire plusProjet : Lupanar

Octogônes 2011

En fin de compte, Lyon, ce n’est pas si loin de Genève : un peu moins de deux heures de train, c’est à peu de choses près la durée d’un trajet à Sierre ou à La Tchaux. Du coup, la question est « pourquoi ne suis-je jamais allé à une convention à Lyon auparavant ? »

Cette édition 2011 d’Octogônes a beau n’être que la deuxième du nom, elle vient après une solide tradition d’autres conventions sise dans la « capitale des Gaules », comme disent les journalistes qui n’aiment pas les répétitions. Et si je n’ai donc aucune expérience des autres, je dois avouer que celle-ci est d’un fort beau gabarit.

Lire plusOctogônes 2011

2 dés sans faces et Creative Commons

Creative Commons logo (large)

Une discussion lors de la récente Assemblée générale de 2 dés sans faces a tourné autour de la distribution de jeux de rôle sous licence Creative Commons. C’est un sujet que j’ai déjà abordé dans ces pages à l’occasion de la sortie du jeu américain Eclipse Phase. La question étant bien évidemment de savoir si 2 dés sans faces voulait suivre le même chemin.

Le texte ci-dessous est un premier jet de réflexion, que j’ai pondu pendant les quarante minutes de train qui me ramenaient chez moi le soir même. Avec l’autorisation d’Edomaur, je les publie ici et j’attends vos retours sur le sujet.

Lire plus2 dés sans faces et Creative Commons

Devoirs de vacances

Enfin les vacances! Techniquement, ça aurait dû commencer hier, mais je me suis quand même retrouvé au bureau l’après-midi pour boucler la tonne métrique de publications en souffrance. Mais bon, pas grave: j’avais fini mes courses de Noël, à une vache ou deux près. Si c’est l’occasion de se reposer quelque peu, cette pause est …

Lire plusDevoirs de vacances

En passant par la Frontière

FINAL-borderline

Il faudrait peut-être que je remette à bosser sur Tigres Volants. Ça fait à peu près un mois que je n’ai plus touché au moindre fichier, si l’on excepte quelques minuscules ajouts à la Tivipédia et des messages forumiques à gauche et à droite. Je suis une larve. C’est assez régulier, chez moi: j’ai tendance à bosser par périodes. De préférence deux jours avant une date limite et avec plein d’autres projets urgents en tête. Appelez-moi Procrastinator!

Cela dit, lors d’une discussion avec Antoine est ressorti un serpent de mer qui hante ces pages depuis quelques temps: la possibilité de publier un recueil des trois Bibliothèques tachyoniques qui pourrait être distribué en boutique. Le projet heurtait sur deux écueils: mon désir d’avoir quelque chose de plus homogène et la requête de 2 dés sans faces de ne pas avoir juste une réédition.

Je pense avoir résolu le problème en proposant de regrouper Dame de fer et Ergartis avec des textes inédits traitant de la Fédération des États de la Frontière dans son ensemble, histoire de lier le tout. Titre de travail: “En passant par la Frontière (avec mes rangeos)”. Ceux qui ont lu Maudits par la Dame de fer reconnaîtront l’hymne officieux de l’Illustre compagnie; c’est bien entendu fait exprès.

L’avantage premier, c’est que des textes sur la FEF, j’en ai. Plein, même: c’est un bon terrain de jeu pour personnages et je ne me suis pas privé de l’utiliser. Il va cependant falloir travailler sur le liant: on ne fait pas un supplément en assemblant des bouts de textes de bric et de broc. Je ne sais pas encore ce que ce sera, mais je vais déjà regarder ce que je peux rassembler facilement.

Lire plusEn passant par la Frontière

Nightprowler, jeu du mois sur le Grog

Ça, c’est fait: Nightprowler a été nommé “jeu du mois” pour janvier 2009 par le Guide du rôliste galactique (Grog pour les intimes). Qui a dit “enfin”?… Il y a des moyens pires de commencer l’année. Je suis sûr que ça va faire plaisir aux collègues de 2 dés sans faces; deux jeux sur trois …

Lire plusNightprowler, jeu du mois sur le Grog

GenCon France 2008

Amusant comme un événement, la GenCon France, qui n’en est qu’à sa troisième édition, s’est déjà imposé dans les esprits rôlistes (et autres) comme incontournable. Il y a sans doute le prestige de la “marque” GenCon, présente depuis les débuts du jeu de rôle (la première aurait eu lieu dans le sous-sol de Gary Gygax).

Cela dit, il faut quand même reconnaître que, sans être follement originale dans sa conception et sa présentation, la GenCon parisienne a su faire une synthèse entre la “pure” convention de jeux et le salon professionnel avec des stands à perte de vue. Ce n’est pas exactement un immense machin, non plus, mais il y a largement de quoi faire.

Tout ceci pour dire que j’y étais — avec la fine équipe de 2 dés sans faces, arrivée en force (pas moins de six représentants). On a eu un joli stand de bonne taille, partagé avec nos compatriotes des Éditions Stratagème (qui publient la traduction du jeu de carte Le Trône de Fer), sur lequel on a pu s’étaler, entre les trucs à vendre (dont le nouveau supplément Tigres Volants) et des protos de jeux de cartes ma foi fort prometteurs.

Lire plusGenCon France 2008

Il neige jamais à Bruxelles

Ce fut la blague du week-end. Car, non seulement il a neigé ce week-end de Pâques à Bruxelles (deux fois), mais j’y ai eu droit aussi à la pluie horizontale, au vent qui nique les parapluies (deux fois) et aux salles de convention mal chauffées (deux fois aussi).

Oui, parce que je n’y étais pas allé pour me rendre compte des splendeurs de la riante cité nord-européenne (ça implique des bières, beaucoup de bières), mais bien pour prendre part, avec les collègues de 2 dés sans faces, à la Fantastique.Convention 2008. J’en reviens avec une impression mitigée (et deux bouteilles d’hydromel).

D’un côté, ce genre d’événement nous permet de nouer des contacts avec des gens qu’on na pas forcément l’habitude de rencontrer autrement. Bon, dans le cas présent, c’était surtout les gens de Caravelle, éditeurs de Crimes et Nains & Jardin, qui se trouvent être des Français ; au temps pour l’exotisme. Ça permet aussi de papoter avec les autochtones du panorama rôliste local (pas de surprise : ce n’est pas plus brillant qu’ailleurs) et de faire acte de présence ailleurs que dans les habituels raouts parisiano-parisiens ou dans les petites conventions locales.

Lire plusIl neige jamais à Bruxelles