Blog à part Rock et metal progressifs, science-fiction, jeu de rôle et divagations de vieux gauchiste; maison fondée en 2002
Ayreon: Transitus

Ayreon: Transitus

L’arrivée dans les bacs d’un nouvel album de Ayreon, comme ce Transitus, est toujours un événement. Ce double album concept avec un casting de folie et une production à grand spectacle, a tout du blockbuster prog. Ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle.

En deux décennies, la formation du multi-instrumentiste néerlandais Arjen Anthony Lucassen est devenue un incontournable dans le domaine du metal progressif symphonique. Musicalement, Ayreon emprunte au power-metal, au rock progressif symphonique et à la comédie musicale style broadway.

Avec son format en double CD, on aurait pu craindre que Transitus s’étale sur deux heures. Au total, c’est un poil plus de huitante minutes qui nous attendent réparties en vingt-deux pistes. À part le premier morceau, « Fatum Horrificum » et ses dix minutes, les compositions dépassent rarement les cinq minutes.

Mais la particularité de Transitus, c’est que tous les morceaux commencent par une narration. C’est l’acteur britannique Tom Baker, qui a interprété le Docteur dans Doctor Who entre 1974 et 1981, qui tient le rôle du narrateur de cette histoire victorienne d’amour, de jalousie et de vengeance d’outre-tombe.

Dans les stars, on notera la présence de Simone Simons (Epica), Cammie Gilbert (Oceans of Slumber), Marcela Bovio (The Gentle Storm), Tommy Karevik (Kamelot), Dee Snyder (Twisted Sisters) ou Michael Mills (Toehider), entre autres.

Quand je disais que ce n’est pas forcément une bonne nouvelle, c’est que j’ai l’impression que, sur Transitus, Lucassen a monté tous les potards à des niveaux pas raisonnables. Et, du coup, c’est trop. Choucroute-melba impériale avec double supplément chocolat-sauce blanche!

Bon, ce n’est pas désagréable à écouter. Il y a de très belles pistes, comme « Talk of the Town », « Guilty », mais l’ensemble manque singulièrement de subtilité. Ce qui, en rock progressif, n’est pas une bonne idée. J’ai presque l’impression qu’Ayreon s’est auto-pastiché sur cet album (et les visuels, que ce soit la pochette ou les vidéos, renforcent cette impression).

Je ressors donc de l’écoute – enfin, des multiples écoutes – de Transitus avec une impression mitigée. Certes, c’est du Ayreon, donc c’est bien foutu, avec une tonne d’invités talentueux, mais l’ensemble est trop kitschouille à mon goût.

Bonus, la vidéo-medley ultrakitschissime de « Daniel’s Descent into Transitus »

Pour soutenir Blog à part / Erdorin:

Blog à part est un blog sans publicité. Son contenu est distribué sous licence Creative Commons (CC-BY).

Si vous souhaitez me soutenir, vous pouvez me faire des micro-dons sur Flattr, sur Liberapay, sur MyTip ou sur uTip (si vous n'avez pas de sous, uTip propose également de visionner des pubs). Je suis également présent sur Tipeee pour des soutiens sur la longue durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “Ayreon: Transitus”

%d blogueurs aiment cette page :