Swiss Fantasy Show 2018

Il semble qu’une “évolution pokémon” classique des conventions en Suisse romande implique de relocaliser l’événement au Palais de Beaulieu, à Lausanne. Après Polymanga et Japan Impact, c’est le cas cette année du Swiss Fantasy Show.

Précédemment hébergée au Théâtre de Beausobre (et dans l’école voisine), à Morges, la manifestation geek bisannuelle est donc venue garer ses Star Destroyers, ses zombies et ses cosplayeurs dans le mythique centre de congrès – qui accueille, entre autres, le Comptoir suisse.

Cela dit, ses prétentions sont bien plus modestes, puisque le Swiss Fantasy Show s’est contenté de la seule Halle 7 du complexe, plus une salle de spectacle à l’étage. Au reste, la première chose qui m’a frappée, c’est le sentiment de vide par rapport à l’édition précédente.

Swiss Fantasy Show – Comic Con Lausanne, 26-27 mai 2018, Palais de Beaulieu, Lausanne (Suisse). Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Maintenant, je sais que c’est potentiellement trompeur: les locaux à Morges avaient l’avantage d’être plus bas de plafond et répartis dans plusieurs espaces, ce qui donnait forcément une impression plus remplie. Là, dans une halle unique et très haute de plafond, on avait l’impression que tout n’était pas rempli.

Les stands semblaient aussi passablement mélangés, avec notamment des auteurs littéraires et des illustrateurs un peu partout, au lieu d’être réunis dans un même secteur. Je suppose qu’il y a du pour et du contre à cette répartition, mais ça m’a également donné l’impression qu’il y avait moins de monde dans ces deux domaines que lors de l’édition précédente.

Il y avait tout de même pas mal d’activités et de personnes intéressantes. J’ai pu pas mal discuter avec les potes de Fumble Zone / Nutshell – également présents pour présenter le bouquin d’Aquilegia Nox – ainsi qu’avec les gens de L’Hydre, qui font du grandeur-nature mais qui sont très gentils quand même. Ils ont même l’intention de relancer le concept des Chimériades en Suisse (sous le nom des “Hydriades“), l’année prochaine.

Cela dit, le plus clair de mon temps a été pris par le concours cosplay, auquel participait ma dame. J’avais raté sa prestation en Chrisjen Avasarala (The Expanse) à Polymanga cette année, j’ai pu donc en voir – et photographier – une variante.

Encore une fois, pour une “petite” convention cosplay, sans enjeu international, on a de nouveau eu droit à du niveau de folie. Au point que les jurés ont décidé de créer un deuxième prix spécial parce qu’ils n’arrivaient pas à se départager.

La gagnante, la bien nommée Princess Cosplay, a réussi l’exploit de remporter le prix avec un cosplay ultraclassique en apparence – Elsa, de Frozen, avec la chanson et tout – mais avec une prestation époustouflante couronnée par une transformation-éclair. Pour dire, j’ai tellement été soufflé que j’en ai oublié de la photographier.

Swiss Fantasy Show – Comic Con Lausanne, 26-27 mai 2018, Palais de Beaulieu, Lausanne (Suisse). Concours cosplay, samedi 26 mai. Princesse Cosplay présente Elsa (Frozen). Photo: Stéphane Gallay, sous licence Creative Commons (CC-BY)

Seulement voilà: même en passant quelques heures dans les stands, à discuter de choses et d’autres avec plein de gens intéressants et en couvrant le concours cosplay, je me suis retrouvé, pendant l’après-midi, avec plusieurs longs moments de pas grand-chose à faire.

Je suis conscient que je ne suis pas assez fan de base pour être le public idéal pour ce genre de manifestation: je ne joue pas aux jeux sur consoles, je ne m’intéresse que peu à la présence d’acteurs et, s’il y avait quelques conférences que j’aurais aimé suivre, elles tombaient toutes à un moment où j’étais occupé ailleurs. Néanmoins, j’ai eu l’impression de m’être plus amusé il y a deux ans.

C’est un petit peu dommage: le Swiss Fantasy Show a les moyens de devenir un événement important sur la scène geek suisse romande – je ne désespère d’ailleurs pas d’y organiser quelques parties de jeu de rôle – mais cette édition semble avoir souffert de son déplacement à Lausanne. J’espère néanmoins sincèrement que ces soucis seront corrigés pour la prochaine édition.

Comme d’habitude, vous pouvez retrouver mes photos, sous licence Creative Commons, sur Flickr.


Also published on Medium.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Marmidotte dit :

    Au vu du prix (et je parle du stand taille minimum, ce qui ne convient pas à toutes les assoc….) demandé aux associations pour venir… aka 150 cHF c’est normal que y aie eu beaucoup moins de stands… je comprends le pourquoi, mais c’est largement en dessus de nos moyens, par ex, sachant qu’on paie l’hébergement du site de notre poche et que le SFS était (en tant qu’exposante non payante) un budget de facile 200.- pour moi les ans passés.

    • Alias dit :

      C’était un tarif spécial pour les assoces ou c’est tout le monde à la même enseigne?

      • Marmidotte dit :

        Ecoute, je sais pas en détail, mais on nous a clairement dit dans l’échange d’emails que pour toutes les assoc’ à but non lucratif qui étaient précédemment invitées (comme nous pour Beans on Toast, ou la 501e, ….) eh ben c’était payant, stand de base 150.- Je suppose que les magasins, associations qui font de l’argent, etc… c’était plus cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :