Utopiales 2017

Utopiales 2017

Aller aux Utopiales, quand on est geek tendance SF et autres mondes de l’imaginaire, c’est un peu achievement unlocked! Enfin, pour moi, en tout cas: ça faisait un moment que mes collègues des Mercredis de la SF et d’autres me régalaient de leurs histoires sur ce festival et je me disais toujours qu’une fois, moi aussi j’y irai.

Les Utopiales, à Nantes, c’est une des plus grands événements français consacré à la science-fiction, au fantastique et à tous les genres et médias connexes – y compris aux jeux de rôle. Et c’est pour y présenter Freaks’ Squeele que je m’y suis lancé cette année. Nantes-Genève, comme ça, ça paraît loin, mais il y a des vols directs; ça implique moins de bagages, mais aussi moins d’heures de trajet.

La première surprise, c’est que c’est visiblement un événement qui bénéficie d’un soutien massif de la part de la ville et de la région – et pas seulement des institutions politiques. Il y a des affiches un peu partout, des programmes dans les hôtels et dans les bars, etc. Pendant les cinq jours que durent les Utopiales, Nantes vit à l’heure de la SF. C’est cool.

La deuxième surprise, c’est que ça se déroule dans la Cité des Congrès, un grand centre de conférence ultra-moderne, avec une blinde de salles diverses, des scènes de débats et de conférence, des projections, des expositions et des tables de dédicaces. Et, donc, au sous-sol, un pôle ludique qui, même s’il est un peu excentré, accueille un bon paquet de tables et de visiteurs.

Utopiales 2017

C’est dans cet espace que j’ai planté ma tente – façon de parler, je n’avais pas de stand – et que j’ai enchaîné les parties. Super accueil de la part des bénévoles qui gèrent un espace assez conséquent. Comme pour OctoGônes, deux parties de deux heures à deux heures et demie par jour, à chaque fois avec le tutoriel du livre de base qu’à force je commence à connaître par cœur.

J’ai eu droit à un bel échantillonnage de joueurs (surtout) et de joueuses, notamment une jeune fille de douze ans environ que l’environnement et l’ambiance n’a pas particulièrement désarçonnée – pour le coup, j’étais assez content d’avoir ma « carte Y » (pour yokr’), même si personne ne l’a utilisée. La partie n’a pas trop dû la traumatiser, parce que j’ai retrouvé son grand frère à ma table le lendemain. Curieusement, seule une minorité des 23 joueurs qui sont passés à ma table pendant le week-end connaissaient la bédé.

Les Utopiales, c’est aussi l’occasion de mettre des visages – voire des vrais noms – sur des pseudos que l’on ne connaît qu’en ligne et de socialiser, d’une part avec un échantillonnage des blogueurs SFF francophones – Gromovar, Anudar, Lhisbei et bien d’autres – ainsi qu’avec mes collègues auteurs sur Wattpad, comme Cloé et Tat’, Dario ou Joe Cornellas. Sans trop de surprise, ça bitche autant dans ces milieux que sur les tables d’auteurs/éditeurs de jeu de rôle…

Utopiales 2017

Le défaut majeur de l’événement, c’est qu’il est très, très riche. Il y a vraiment des blindes de trucs à faire et, quand on pose quatre à cinq heures de jeu par jour, il reste assez peu de temps pour assister aux conférences ou aux projections. Il y avait notamment une discussion sur les uchronies que j’aurais aimé pouvoir suivre, sans parler des États généraux de l’imaginaire.

En en discutant d’ailleurs avec mes collègues auteurs, je me suis dit qu’il aurait été même intéressant de faire deux ou trois tables rondes en « off » sur divers sujets non couverts par les conférences officielles, comme la place de l’auto-édition et des plateformes numériques.

L’autre défaut, c’est que c’est quand même pas mal grand et que, du coup, c’est facile de rater les gens que l’on veut voir. Je n’ai pas pu voir plusieurs des membres éminents du forum 1940 la France continue, ni certains de mes amis et collègues rôlistes. Je rentre également avec assez peu d’achats, pour cause de bagage minimal – voyager léger pour éviter les frais des valises en soute, ça a un autre prix. Bah, de toute façon, je n’ai pas encore fini de déballer tous les cartons…

En ce dimanche soir, je termine mon séjour nantais dans un chouette bar à bière, Les Fleurs du Malt, qui diffuse du metal et qui a du wifi – comme à la maison, quoi.

Ma galerie de photos, surtout sur le Pôle ludique, est sur Flickr, toujours sous licence Creative Commons.

Alias

Stéphane “Alias” Gallay, graphiste de profession, quinqua rôliste, amateur de rock progressif, geek autoproclamé et résident genevois, donc grande gueule. On vous aura prévenu.

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Ghislain dit :

    Il ne te reste plus qu’à venir aux Imaginales, c’est un peu plus petit mais plus convivial mais tout aussi intéressant. Y a du jeu aussi mais c’est plus minoritaire. En tout cas, c’est plus sympa pour venir discuté SF avec pleins de gens du milieu, très accessible !

  2. Lorhkan dit :

    Effectivement, on ne s’est pas croisé, c’est grand les Utos !…
    Content que tu aies apprécié en tout cas, c’est LE rendez-vous de la SF en francophonie je pense (en terme de visiteurs comme en termes d’invités et de sujets abordés).

    Et si tu veux rattraper quelques conférences qui te tentaient, n’oublie pas ActuSF, ils ont tout (ou presque) enregistré et mettent le tout en ligne sur leur site (c’est en cours à l’heure actuelle mais il y en déjà un gros paquet de disponibles).

  3. Axelle Bouet dit :

    ha tiens, je peux enfin liker !
    UBlock et privacy Badgers sont un peu taquins, je n’y avais pas pensé
    Axelle Bouet Articles récents…La X card, le trigger warning en jeu de rôleMy Profile

  4. Crepe dit :

    Alors pas du tout le même ressenti :
    Des conférences très intéressantes et même trop courtes pour être réellement traité mais un pole ludique totalement pas acceuillant.
    On y est largué sans pouvoir comprendre comment ça marche ni ce qui y est présenté et encore disponible … et une foule bien trop grande devant l’accueil du pole pour avoir le temps de poser la question…

    • Alias dit :

      D’une part, bienvenue et merci pour ce commentaire!

      Après, pour l’accueil au Pôle ludique, étant surtout sur ma table, je n’ai pas pu juger. Personnellement, j’ai plutôt apprécié le système d’inscription des parties, mais voilà, je suis un peu à l’autre bout de la chaîne.

      Je vais faire remonter la remarque; il y a sans doute moyen d’améliorer ça.

      • Crepe dit :

        Merci pour l’intérêt ! 🙂

        Un truc très bête mais il manque à l’acceuil un tableau des parties (JdR ou jeu de plateau).
        Idéalement sur la semaine, mais au moins sur la journée. Un truc très simple :
        Horaire – Jeu – Places restantes / Places totales
        Et éventuellement une pancartes sur les informations pratiques pour les inscriptions car selon les conventions, c’est pas la même chose. Je suis habitué de la convention Eclipse et de sa bourse aux parties par exemple. D’autres, les inscriptions doivent être fait AVANT la convention, d’autres, c’est en direct avec l’orga de la partie, etc…
        Au moins avec tout ça, on aurai un premier regard sur ce qui est disponible et on peut se dire « bon on va attendre pour poser ma question ou pour m’inscrire ».

        Après c’était ma première année aux Utopiales et je ne suis venu que Jeudi, mais justement, ça aurait dût être plus simple vu qu’il n’y avait pour ainsi dire personne … et malgré ça, j’ai juste préférer faire un tour en ville et revenir pour les conférences qui me plaisait.

        Sinon j’ai passé un très bon moment sur les deux conférences que j’ai suivi et je suis content de mon billet, hein. ^^

    • yoda dit :

      Il faut faire attention pour les comparaisons avec des conventions de jdr ou même de jeu tout court.
      Les Utopiales sont, avant tout, un salon de SF. Si l’on trouve sur le pôle ludique des joueurs vétérans heureux de découvrir des jeux et des auteurs, le pôle est destiné également au public des Utopiales qui n’est pas joueur, qui ne connaît pas le jdr, et qui est plutôt de passage entre deux conférences ou deux films qui l’intéressent.

      Pour ma part, c’est aussi cet aspect qui me motive dans l’animation aux Utopiales, c’est toujours un grand plaisir de faire découvrir le jdr à un public qui n’est même pas joueur à la base, juste fan de SF (voire simplement intéressé).

      Je viens de partager le post sur Facebook, la petite note sur l’accueil au pôle ludique fera plaisir aux orgas !

      • Alias dit :

        C’est vrai, mais quelque part, un peu toutes les conventions sont uniques, à cette aune. J’en ai fait des wagons au cours de ma « carrière », de la petite conv’ de club aux gros salons parisiens genre GenCon, en passant par les événements généralistes avec un coin JDR (Salon de la maquette ou Japan Expo/ComicCon).

        Le coup du tableau pour la visibilité, c’est très efficace. Des gens comme Opale Rôliste utlisent des grandes feuilles de papier sur chevalet, comme pour les meetings d’entreprise, et ça fonctionne très bien aussi (même si c’est un peu bordélique, à la longue; les whiteboards, effaçables, sont sans doute plus pratiques, mais plus encombrants, aussi).

  1. 14/11/2017

    […] attendant la suite, d’autres compte-rendus chez Tigger  Lilly., Gromovar (sans cactus), Alias, Lorhkan, Xapur, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :